• IDEX Project
  • International
  • News
  • Partnerships
  • Research

"Deuxième campagne de l'enquête en ligne "De StopCovid à TousAntiCovid - Usages et non-usages des solutions mobiles publiques développées pour la Covid19" - enquête prolongée jusqu'au 10 janvier 2021

from December 20, 2020 to January 10, 2021

WP1, Cross Disciplinary Project RISK
Laboratoire Pacte
Grenoble-INP Génie Industriel

(Université Grenoble Alpes)
 


Pour participer
Céline Cholez, chercheure à l'université Grenoble Alpes pour le laboratoire Pacte, le Cross Disciplinary Project Risk et Grenoble-INP Génie Industriel et Iragaël Joly, enseignant-chercheur en économie appliquée, Laboratoire Gael, Grenoble-Inp Génie Industriel, mènent actuellement une recherche indépendante intitulée Cov19 On My Mobile, en collaboration avec Hamilton Bean de l’université de Denver-Colorado (USA) et Mika Shimizu de l’université de Kyoto (Japon) sur l’usage des technologies mobiles publiques (SMS, applications) développées pour la Covid 19.

 

C'est maintenant

=> Vous  n'utilisez pas / utilisez  TousAntiCovid ?

 

=> Vous avez plus de 15 ans et vivez en France ?


Cette enquête a besoin de votre témoignage !


Pour participer


Campagne en ligne du dimanche 20 décembre 2020 au dimanche 10 janvier 2021.
Le questionnaire ne recueille aucune données personnelles ou d'opinion.


Les technologies mobiles à grande échelle sont-elles utiles pour mieux se protéger ?

Cette recherche questionne la capacités de ces technologies à soutenir la résilience des individus et des communautés dans le contexte de la pandémie de la COVID-19. Les chercheurs souhaitent mesurer l'évolution des usages en fonction de quatre facteurs : les caractéristiques de l’objet technique, la situation pandémique, les décisions gouvernementales et, enfin, l’appropriation par les utilisateurs. Pour la France, cinq vagues de dix jours de collectes de réponses sont organisées, entre novembre 2020 et l’été 2021.

En savoir plus


Que nous a appris la première campagne ?

D'une manière générale le premier volet de l'enquête a révélé un intérêt certain : 2831 répondants en 10 jours !

Une expression libérée

La possibilité de nombreuses réponses ouvertes et d'un commentaire libre en fin de questionnaire a recueillir les ressentis des participants. Lors de la publication de l'enquête, ils se sont aussi exprimés sur les réseaux sociaux. Chacun a témoigné de la satisfaction d'être écouté, entendu, et d'une attente importante concernant les résultats de l'enquête. Des doutes, des interrogations sur l'efficacité des mesures ont également été exprimés, parfois une certaine lassitude. Une restitution rapide des résultats, même préliminaires, répond à cette demande.

Un fort dynamisme des réseaux sociaux

L’enquête en ligne a reposé sur un élan de solidarité, d'enthousiasme via les réseaux sociaux. La diffusion du questionnaire s'est appuyée sur cinq canaux :
=> la presse régionale numérique : huit titres régionaux ont relayé cette enquête ;
=> les réseaux sociaux :

- groupes locaux d’entraide Facebook (9 groupes - audience : 235 115 membres)
- groupes d’échanges non polémiques sur le Covid19  à 81 800 membres
- réseaux Twitter, Instagram, Discord

=> la communication officielle (CHU, université Grenoble Alpes, ministère de l’Education nationale...) ;
=> les réseaux professionnels ;
=> les réseaux personnels.

La deuxième enquête en ligne va fortement s'appuyer sur les réseaux d'entraide locaux Facebook : 50 d'entre-eux ont donné leur accord lors de la pré-campagne (soit une audience de presque 500 000 membres).

Un échantillon typique des enquêtes en ligne,
non représentatif de la population française :

L'échantillon du questionnaire "De StopCovid à TousAntiCovid" campagne 1 présente des biais classiques des grandes enquêtes en ligne, qui ont été maintenant bien identifiés par les chercheurs en sciences sociales : une sur-représentation des femmes et des catégories socio-professionnelles "cadres, professions libérales et professions intellectuelles supérieures, enseignants" ; une sous-représentation des moins de 20 ans et des plus de 60 ans. Parmi ceux qui ont répondu à l'enquête, on constate donc une sous-représentation des personnes de plus 60 ans,  des ouvriers et ouvrières, et des retraités.
Par ailleurs, un dernier biais notable et spécifique à cette campagne d'enquête tient à la région de résidence des répondants. Plus de la moitié des répondants vivent en Région Auvergne-Rhône-Alpes. Ceci est dû aux modes de diffusion de l'enquête : réseaux institutionnels, réseaux professionnels et réseaux personnels.

Qui est concerné par le téléchargement de ces applications ?

Pour StopCovid comme pour TousAntiCovid, un effet régional apparaît significativement dans les choix de téléchargement, et ceci toutes choses égales par ailleurs. Les régions Île-de-France, PACA et Centre-Val de Loire présentent une plus forte probabilité d’installation des applications, comparées aux autres régions de France. En effet, elles sont deux fois plus grandes en PACA et Centre-Val de Loire (en Île-de-France, ces chances sont 60% plus élevées).
Un effet d’âge apparaît également significativement. Au-delà de 40 ans, les chances d’installer les applications augmentent et ce, de façon exponentielle (deux fois plus de chance d’installer TousAntiCovid après 40 ans et trois fois plus de chance au-delà de 70 ans).
Un effet de genre émerge des analyses. Les hommes installent les applications avec 30% de chances de plus que les femmes.
Enfin, si StopCovid ne semble pas avoir été installée plus souvent par les personnes à risque épidémique que les personnes a priori non risquées, en revanche, les personnes à risque ont installé l’application TousAntiCovid avec 60% de chance de plus


Merci à tous !



Published on February 12, 2021

Practical informations

Contacts

Partenaires

Céline Cholez est maître de conférences en sociologie des techniques à l’Université de Grenoble, laboratoire PACTE et Institut Polytechnique Grenoble-INP. Elle travaille depuis 10 ans sur les problématiques de risques, de vulnérabilité et d’innovation. Elle anime le WP1 Risk Governance du CDP Risk de l'Université de Grenoble Alpes.
Page professionnelle :
https://www.pacte-grenoble.fr/membres/celine-cholez.

Lieu(x)